The Arthur Conan Doyle EncyclopediaThe Arthur Conan Doyle EncyclopediaThe Arthur Conan Doyle Encyclopedia
22 May 1859, Edinburgh M.D., Kt, D.L., LL.D., Sportsman, Writer, Poet, Politician, Justicer, Spiritualist Crowborough, 7 July 1930

The Disappearance of Lady Frances Carfax (TV episode 1991)

From The Arthur Conan Doyle Encyclopedia

Jump to: navigation, search
<< The Hound of the Baskervilles S05E02 The Problem of Thor Bridge >>


The Disappearance of Lady Carfax

The Disappearance of Lady Frances Carfax (La Disparition de Lady Frances Carfax) est le 27e épisode de la série Granada et le 1er épisode de la saison 5 : Les Archives de Sherlock Holmes, diffusé le 21 février 1991 sur ITV. 50 min.

L'adaptation de La Disparition de Lady Frances Carfax a suscité la controverse, en raison des modifications apportées à l'original. Mais la modicité du budget excluait de tourner sur le Continent. Ce qui nous évite de voir Holmes expédier Watson en Suisse à sa place et lui reprocher ensuite l'échec, prévisible, de sa mission. Certes plus pessimiste que le dénouement de la nouvelle, celui du film accentue le tragique de l'histoire. Et peut-on décemment reprocher au scénario d'accorder au personnage éponyme, fantomatique dans l'original, une place de choix ? Malgré les critiques des puristes, l'adaptation fascine par son atmosphère profondément sombre et mystérieuse. Grâce à la trouvaille géniale du réalisateur, Madden, Holmes appuie sa réflexion sur le maniement de figurines représentant les protagonistes du drame. Quand celle qui symbolise Lady Frances tombe accidentellement sur l'article évoquant la noyade de l'héritière Rosenbloom, c'est comme si le destin lui-même avertissait Holmes du sort funeste qui la menace. La musique de Patrick Gowers, avec ses résonances étranges, angoissantes et funèbres, contribue grandement à créer une atmosphère dramatique très prenante. Brett, le visage buriné par les épreuves, incarne un Holmes sombre, tourmenté, laconique, introverti, dont l'énergie contenue explose en déflagrations brèves et violentes qui le rendent terrible et balaient toute résistance. Face à lui, Jack Klaff joue un Philip Green passionné et fougueux et Hardwicke, un Watson ardent, combatif et viril. L'épisode est jalonné de scènes inoubliables, parmi lesquelles la visite de Holmes et Watson à la banque, où Lady Frances apparaît au balcon, pareille à un bel oiseau effarouché et surtout la séquence extraordinaire de l'enterrement, avec l'image de l'ange de pierre veillant sur le repos des défunts puis, en contraste, celle de Holmes, étincelant de fureur vengeresse, désignant Schlessinger pour cible à Watson. Un épisode de haute qualité à voir et revoir !



Photos


Cast



Plot summary (spoiler)

Watson, en vacances, évoque dans ses lettres à Holmes les pittoresques pensionnaires de son hôtel : l'exemplaire major Schlessinger, un missionnaire invalide de guerre, son infirmière Miss Calder et surtout la fascinante Lady Frances Carfax ainsi que le cavalier inconnu dont les apparitions la bouleversent. Mais Holmes pressent un drame imminent. Ayant consulté les archives de Scotland Yard, il court rejoindre Watson. Trop tard ! Lady Frances a disparu. Son frère, le comte de Rufton, confirme que le mystérieux cavalier est Green, ancien soupirant de Frances et révèle qu'elle possède des bijoux inestimables, déposés à sa banque. Holmes et Watson s'y précipitent, bientôt rejoints par Green, mais Frances, qui a retiré son dépôt, leur échappe. Holmes craint alors qu'elle coure un danger mortel, car le soi-disant missionnaire est un escroc éminemment dangereux, qui profite de femmes isolées et charitables pour capter leur fortune. Effectivement Frances, venue lui donner ses bijoux pour financer ses prétendues bonnes œuvres, tombe dans ses griffes. Mais Holmes découvre où Schlessinger envoie sa complice négocier les bijoux de Frances et charge Green de la guetter. L'ayant suivie, Green voit livrer au couple Schlessinger un cercueil de dimensions hors-normes…Agissant en « irréguliers », Holmes et Watson, alarmés, font irruption d'urgence chez l'escroc, mais ne découvrent dans le cercueil qu'une vieille gouvernante. Cependant, Holmes sent que la vérité qui lui échappe n'est pas loin. A l'aube, elle lui apparaît soudain. Il se rue au cimetière où l'on enterre la gouvernante et fait ouvrir le cercueil : sous le cadavre de la vieille dame gît Lady Frances, chloroformée. Sa vie est sauvée, mais Watson redoute de terribles séquelles. Holmes, atterré, s'accuse d'avoir échoué. Les soins que le fidèle Green prodigue à Frances porteront-ils un jour leurs fruits ? Holmes en doute, et nous partageons son scepticisme.



  • Copyright et remerciements : Textes de Monique Claisse. Photos : Sarah Fava, Granada.

© arthur-conan-doyle.com